arts plastiques (280)

cinéma (11)

festival (30)

littérature (55)

média (27)

musique (140)

régie (12)

spectacle (97)

Pratiques artistiques (102)

Lieux culturels (431)

Fabienne Croze

De l'écoute à la plume
Laugere
71110  Sainte Foy
03 85 25 81 35
03 85 25 81 35

 

Extrait du jsl du 2 février 2009


Elle se lance dans le métier d'écrivain public

Fabienne Croze devient votre oreille et votre plume

 


 

Cela faisait des années qu'elle y pensait, elle a fini par se lancer. Correspondante de presse pour notre titre, Fabienne Croze possède désormais le statut d'écrivain public. Elle vient d'ouvrir son propre cabinet «De l'écoute à la plume». Rencontre.


Entre l'écriture et moi, c'est une vieille histoire. J'ai commencé à écrire des poèmes, mon journal, lorsque j'étais toute petite. Je recopiais aussi des textes d'auteurs. Passionnée, Fabienne Croze l'est assurément. Difficile pour elle d'imaginer une journée sans composer un seul texte, sans rédiger une seule ligne. Cette amoureuse des belles lettres, et des bons mots, trouve toujours quelque chose à conter, à raconter (elle fait d'ailleurs partie des conteurs travaillant avec Marie-France Marbach). Elle écrit comme d'autres parlent ou respirent, naturellement. « J'ai toujours un carnet et un stylo sur moi dit-elle. Je suis tout le temps dans l'écriture. Dès que je vois quelque chose, je m'arrête et je prends des notes. Parfois, je me réveille la nuit en pensant à des choses et je prends des notes pour ne pas les oublier ! » Écrire, encore et toujours, voilà ce qu'elle aime par-dessus tout. Et comme en plus, elle possède une belle plume…

 

Mettre sa plume au service des autres

 

En 2001, après avoir pas mal bourlingué et obtenu un DHEPS (Diplôme de hautes études en pratiques sociales, Université Lyon II), Fabienne devient correspondante du Journal de Saône-et-Loire pour le canton de Semur-en-Brionnais. Elle participe dans le même temps à l'écriture de plusieurs livres de la collection « Les plus beaux villages de France ». Perfectionniste, elle peaufine son style lors de stages d'écriture qu'elle ne manquerait pour rien au monde. « Je participe à ces stages depuis dix ans une fois par mois explique-t-elle. Après avoir travaillé avec Marie Motay, je travaille maintenant avec un jeune écrivain poète et linguiste Mohammed El Amraoui ».
Il y a un an, Fabienne, pas du genre à rester les deux pieds dans le même sabot, décide de réaliser un projet qui lui trotte dans la tête depuis longtemps : devenir écrivain public. « Cela fait plus de vingt ans que j'y pensais avoue-t-elle. La conteuse Marie-France Marbach m'a relancé, j'ai décidé de me lancer. » Quelques mois de travail plus tard, et avec l'aide soutenue de la couveuse d'entreprise, son cabinet « De l'écoute à la plume » voit le jour. Elle fait donc désormais partie des 350 écrivains publics de France et va mettre sa plume au service des autres parce que « beaucoup de gens ont des choses à dire mais ne savent pas comment les dire, ou n'ont pas le temps de le dire. J'ai envie, modestement, d'être leur plume. »

 

« Je sais me mettre à la place des gens »

 

Dans l'esprit de beaucoup, le métier d'écrivain consiste seulement à rédiger des C.V et autres lettres de motivation. « Ce n'est pas franchement ma tasse de thé même si ça fait aussi partie du métier avoue Fabienne. Je vais proposer d'autres choses. Je ne vends pas que de l'écriture mais mon style aussi ». Ainsi, si sa préférence va nettement vers l'écriture de biographie, sa palette de travail demeure très large. « J'aime également faire des nécrologies car cela permet de faire revivre quelqu'un. Je peux aussi écrire des portraits, des textes sur le patrimoine, des discours, des plaquettes, des bulletins, des textes de publicité, des premières pages de site Internet… »
Parmi toutes ses prestations, elle propose également des choses plus originales. « Je peux écrire une histoire sur mesure pour n'importe quelle occasion, un anniversaire, un mariage… » Par exemple, si vous souhaitez offrir un livre à ami dans lequel tous ses proches sont présents, c'est possible ! Vous donnez les informations nécessaires à Fabienne, elle fait le reste. Un travail rendu possible grâce à un sens de l'écoute très développé. « Je travaille beaucoup sur l'écoute, c'est vrai. Et puis, comme j'aime les gens, je sais assez bien me mettre à leur place. »


Une entrée par la grande porte

 

En espérant que la mayonnaise monte rapidement, c'est chez elle à Sainte-Foy, dans son Brionnais qu'elle aime tant, que Fabienne s'apprête à recevoir les gens qui feront appel à ses services. « Si des gens veulent travailler avec moi, je les invite ! Je serai l'ambassadrice de la région. » D'autant que cette ancienne restauratrice, formatrice dans la gastronomie, est une amatrice de bons plats et de bons vins ! Et pour ceux qui ne peuvent se déplacer, les entretiens peuvent également être réalisés par téléphone. Ainsi que ce soit pour des particuliers, des associations, des entreprises ou des collectivités, cette touche-à-tout - « à beaucoup de choses » corrige-t-elle ! - Prendra un malin plaisir à devenir le nègre - même si elle n'aime pas vraiment le mot - de chacun.
Et preuve de la qualité de sa plume, elle a fait son entrée dans la profession par la grande porte en réussissant le difficile concours d'entrée à l'académie des écrivains publics de France.
Seule une cinquantaine d'écrivains publics français y ont droit de cité, Fabienne est la première du département. Une sorte de label qui devrait lui permettre de se faire plus rapidement un nom, et une place, dans le métier.


Emmanuel Daligand dans le jsl du 2 février 2009

 


Valid XHTML 1.0 Transitional